Fernand Labrie

Le Dr Labrie est le scientifique canadien le plus cité parmi toutes les disciplines de la littérature internationale.

Formation universitaire

Le Dr Labrie a obtenu son doctorat en médecine et son doctorat en endocrinologie à l'Université Laval. Il a suivi une formation en recherche postdoctorale à l'Université de Cambridge, au Royaume-Uni, d'abord au laboratoire du professeur Asher Korner du département de biochimie, puis au laboratoire de biologie moléculaire avec le professeur Frederick Sanger, lauréat à deux reprises du prix Nobel de médecine.

Prix

Les avancées et les découvertes scientifiques du Dr Labrie sont décrites dans plus de 1340 publications scientifiques et ont été citées plus de 50 000 fois. Le Dr Labrie est le scientifique canadien le plus cité parmi toutes les disciplines de la littérature internationale. Parmi une longue série de prix, il a reçu le prix international de médecine King Faisal pour ses découvertes dans le cancer de la prostate, ainsi que le prix international Hoffenberg de la Society for Endocrinology, au Royaume-Uni. Il a également reçu les titres d'officier de l'Ordre du Canada et de l'Ordre national du Québec.

Faits saillants dans sa carrière

Le Dr Labrie a isolé le premier ARN messager de mammifère, l'ARNm de l'hémoglobine, au cours de ses recherches postdoctorales à Cambridge, au Royaume-Uni. En 1969, il retourne à l'Université Laval où il fonde le Laboratoire d'endocrinologie moléculaire, l'un des plus importants groupes de recherche en endocrinologie au monde, qui emploie 350 personnes, dont 32 scientifiques confirmés.

De 1982 à 2008, il a été directeur scientifique du Centre de recherche du CHUL (Centre hospitalier de l'Université Laval) (1 200 employés), l'un des plus importants instituts de recherche médicale au Canada, doté d'un budget annuel de plus de 65 millions de dollars. Le dernier ajout au centre de recherche du CHUL est le centre génomique, qui fournit une technologie génomique à l'expertise déjà unique du centre de recherche du CHUL. De 1990 à 2002, le Dr Labrie a dirigé le département d'anatomie et de physiologie de la faculté de médecine de l'Université Laval.

La première et la plus importante contribution de la Dre Labrie à la médecine clinique a été la découverte et le développement de la castration médicale avec des agonistes de la GnRH, ainsi que le blocage combiné des androgènes, le premier traitement démontré pour prolonger la vie dans le cancer de la prostate. Ce traitement est devenu l'hormonothérapie standard du cancer de la prostate dans le monde entier et constitue la base du succès récemment obtenu avec de nouveaux bloqueurs de l'action androgène (X-Tandi®) et de la biosynthèse (Zytiga®) dans le cancer de la prostate.
Suite à sa contribution majeure au cancer de la prostate, le Dr Labrie a montré que tous les androgènes et tous les œstrogènes chez les femmes après la ménopause sont fabriqués dans les tissus périphériques par les mécanismes de l'intracrinologie à partir du précurseur inactif, la déshydroépiandrostérone (DHEA). Le Dr Labrie et son groupe ont également découvert l’acolbifène, l’antiœstrogène le plus puissant, pour la prévention et le traitement du cancer du sein.

Le 16 novembre 2016, Intrarosa (prastérone intravaginal) a été approuvé pour le traitement de la dyspareunie modérée à sévère (douleur pendant les rapports sexuels), un symptôme courant de l'atrophie vulvaire et vaginale (AVV) due à la ménopause par la FDA américaine pour la commercialisation aux Etats-Unis. En tant que PDG et CSO d’Endoceutics, le Dr Labrie poursuit le développement clinique d’Intrarosa pour le traitement de la dysfonction sexuelle. Son programme clinique de phase III comprend également l’association de DHEA (prastérone) et d’acolbifène pour le traitement des symptômes vasomoteurs et la prévention du cancer du sein et de l’ostéoporose / fractures. Des antagonistes puissants des récepteurs aux androgènes font actuellement l'objet d'essais de phase I / II. Le programme clinique Endoceutics comprend également le traitement de l'endométriose et de l'hypogonadisme masculin / perte de libido.